Búsqueda avanzada de temas en el foro

Resultados 1 al 3 de 3

Tema: Donoso Cortés

  1. #1
    Avatar de Hyeronimus
    Hyeronimus está desconectado Miembro Respetado
    Fecha de ingreso
    16 ene, 07
    Mensajes
    18,119
    Post Thanks / Like

    Donoso Cortés

    Donoso Cortes

    Un article de Christ-Roi.

    Aller à : Navigation, Rechercher
    Donoso Cortès (1809-1853), journaliste et homme politique espagnol, doctrinaire de la contre-révolution catholique. Il élu au parlement espagnol en 1837.
    En 2003, cela faisait 150 ans que Donoso Cortès s'était éteint. Un anniversaire qui fut peu évoqué par les médias. Pourtant, sa pensée a nourri la réflexion de nombre de politologues et de constitutionnalistes européens, tel l'allemand Carl Schmidtt. Sans compter certaines perspectives aux résonnances très actuelles.
    Très jeune, Donoso Cortès choisit le camp des libéraux. Il faut dire qu'étudiant à l'université de Séville, ses professeurs lui enseignent Voltaire et Rousseau. La poussée des forces de la Révolution va amener chez lui une évolution radicale. Ce fut son maître livre l' Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme (1851), publié simultanément à Paris et Madrid la même année. Ce texte suscita l'enthousiasme de Louis Veuillot: Donoso Cortès loin de s'arrêter à une analyse superficielle des évènements propose une véritable théologie de l'histoire.
    Une théologie de l'histoire

    Un des thèmes essentiels sur lequel se fonde la pensée de Donos Cortès réside dans l'étroite liaison quie xiste entre la religion d'une part, et les coutumes, les moeurs et les institutions d'autre part. La religion est l'institution primaire qui fonde toute civilisation. Cette constatation, on la trouve déjà chez Xénophon: "Les cités et les nations les plus pieuses furent toujours les plus sages, et celles qui eurent une plus longue durée".
    Les désordes politiques qui ruinent les sociétés proviennent tous de cette erreur qui a isolé l'homme de Dieu, et qui a fait de cet homme la mesure du vrai et du faux.
    Dictature mondiale

    Pour Donoso Cortès, les erreurs modernes doivent conduire à l'apparition de l'Etat le plus monstrueux qui soit (voir césarisme); et même l'avènement d'une terrifiante dictature mondiale. Car toutes les volontés particulières sont destinées à se fonde dans une volonté générale, règne effréné de la démagogie. Cet Etat-Moloch offira à tous, en échange d'un renoncement total à toute aspiration personnelle, la participation à l'oeuvre d'un nouvel Être unique. Finalement, c'est la société tout entière qui se divinise.
    Réfutation du libéralisme et du socialisme

    Il ressort de ses écrits que Donoso Cortès montre beaucoup plus de virulence à l'égard de la médiocrité et de l'étroitesse du libéralisme qu'à l'égard du socialisme.
    Le libéralisme s'incarne dans la classe bourgeoise et dans le régime parlementaire pour qui la vérité jaillit de la discussion. Or l'infaillibilité ne peut résulter de la discussion si elle n'est auparavant dans ceux qui discutent.
    En vérité, pour Donoso Cortès, la véritable liberté consiste à faire le bien. Ce sont les institutions libérales qui nient la liberté. Et ce sont les institutions autoritaires traditionnelles qui expriment le mieux la liberté.
    Contre l'utopie progressiste socialiste, Donoso Cortès présente le socialisme comme la seconde erreur du siècle. Du reste, libéralisme et socialisme ont en réalité la même source. Les socialistes n'ont fait que tirer les conséquences ultimes renfermées dans l'idéologie libérale...
    Fondalement, ces deux écoles partagent la même conception de l'homme, et la même vision progressiste de l'historie. En supposant la bonté innée et absolue de l'homme, celui-ci finit par se changer en Dieu...
    (Source: Philippe Vilgier, Donoso Cortès, doctrinaire de la contre-révolution catholique, Fideliter, Mars-avril 2003, Mirage de l'Orthodoxie, N° 152, p. 69-73.)


    http://www.christ-roi.net/index.php/Donoso_Cortes

  2. #2
    Avatar de Hyeronimus
    Hyeronimus está desconectado Miembro Respetado
    Fecha de ingreso
    16 ene, 07
    Mensajes
    18,119
    Post Thanks / Like

    Re: Donoso Cortés

    Donoso Cortés – I


    L’un des dogmes catholiques les plus importants est celui du péché originel, selon lequel tous les êtres humains (sauf Notre Seigneur et Sa Mère) héritent d’une nature sérieusement blessée depuis leur naissance, à cause de notre mystérieuse solidarité avec Adam, père de toute l’humanité lorsque, avec Eve, il tomba dans le premier de tous les péchés humains dans le Jardin de l’Eden. Bien sûr pour la plupart des gens aujourd’hui, cette chute n’est qu’un conte de fée, ou de la mythologie, et c’est pourquoi ils ont construit un Disneyworld tout autour de nous. En principe les Catholiques croient au péché originel, mais dans la pratique beaucoup le prennent à peine au sérieux, tant Disneyworld les séduit. Après tout, l’idée que nous sommes tous des pêcheurs ne nous flatte guère – ne nageons-nous pas tous dans une mer doucereuse d’amour, amour, amour ?
    Mais un homme qui a vu très clairement le péché originel à l’œuvre fut le noble Espagnol, écrivain et diplomate, Donoso Cortés (1808–1853). Sa vie se déroula dans cette première moitié du 19 èmesiècle où dans le sillage de la Révolution Française (1789), l’Europe était en train de remplacer l’ancien régime chrétien, lentement mais sûrement, par le Nouvel Ordre Mondial Judéo-maçonnique. Extérieurement l’ancien ordre fut rétabli par le Congrès de Vienne (1815), mais intérieurement il n’était plus du tout le même qu’avant, parce que les esprits des hommes reposaient désormais sur un tout autre fondement, sur un fondement libéral, en particulier sur la séparation de l’Église et de l’État. Lorsque Donoso, encore jeune homme, entra dans la politique espagnole, il se proclama libéral, mais en observant quelles conséquences les idées Révolutionnaires produisaient dans la pratique, il devint de plus en plus conservateur jusqu’à ce qu’en 1847 il se convertît à l’ancienne religion catholique de l’Espagne. Depuis lors et jusqu’à sa mort précoce ses écrits et ses paroles apportèrent à toute l’Europe son analyse catholique et prophétique des erreurs radicales qui s’étaient mises à forger le Nouvel Ordre Mondial.
    Derrière toutes ces erreurs il en discerna deux (pas politiques mais religieuses !) : la négation du soin surnaturel dont Dieu entoure ses créatures, et la négation du péché originel. De la Lettre au Cardinal Fornari (1852) de Donoso proviennent les deux paragraphes suivants q ui établissent le lien entre le péché originel d’un côté, et l’essor de la démocratie et la diminution de l’Église de l’autre :—
    « Si la lumière de notre raison n’a point été obscurcie cette lumière est suffisante, sans le secours de la foi, pour découvrir la vérité. Si la foi n’est pas nécessaire, la raison est souveraine et indépendante. Les progrès de la vérité dépendent des progrès de la raison, qui, eux, dépendent de l’exercice de celle-là ; un tel exercice réside dans la discussion ; d’où vient que la discussion constitue la vraie loi fondamentale des sociétés modernes, le creuset unique où, par le moyen de la fusion, les vérités se séparent des erreurs. C’est de ce principe que découlent la liberté de pres se, l’inviolabilité de la tribune et la souveraineté réelle des parlements ».
    Donoso continue avec un diagnostic parallèle des conséquences sde la supposition que la volonté de l’homme est libre du péché originel : « Si la volonté de l’homme n’est pas malade, l’attrait du bien lui suffit pour suivre le bien sans besoin de l’aide surnaturelle de la grâce ; si l’homme peut se passer de la grâce il peut aussi se passer de la prière et des sacrements qui la procurent ». Si la prière n’est pas nécessaire, elle est inutile, de même que la contemplation et les Ordres contemplatifs religieux, qui dès lors disparaissent. Si l’homme n’a plus besoin de sacrements, alors les prêtres n’ont plus de raison d’être pour les administrer, et ils seront dûment chassés. «&#1 60;Or le mépris de la prêtrise aboutit en tous lieux au mépris de l’Église, lequel en tous lieux équivaut au mépris de Dieu. »
    A partir de tels faux principes Donoso Cortés prévoyait un désastre sans précédent dans un avenir très proche. En réalité il a été retardé de 150 ans, mais pour combien de temps encore ?


    Kyrie eleison.

    Bishop Williamson's Eleison Comments Homepage

  3. #3
    Avatar de Hyeronimus
    Hyeronimus está desconectado Miembro Respetado
    Fecha de ingreso
    16 ene, 07
    Mensajes
    18,119
    Post Thanks / Like

    Re: Donoso Cortés

    Libros antiguos y de colección en IberLibro
    Donoso Cortès de A à Z



    Juan Francisco Maria Donoso Cortès (1809-1853), marquis de Valdegamas, est parfois qualifié de Joseph de Maistre espagnol. Après avoir étudié la littérature, l’histoire et la philosophie, il fut d’abord influencé par l’écrivain don José Quintana, qui lui fit lire Rousseau, Voltaire et quelques autres sophistes dont il commença par partager les idées libérales et rationalistes. Mais Donoso Cortès s’en éloigna rapidement, constatant l’anarchie engendrée par les idées révolutionnaires. En 1838, il siège aux Cortès comme député de la province de Cadix. Puis, de 1840 à 1843, il séjourne à Paris en tant que secrétaire particulier de la reine mère Marie-Christine de Bourbon alors en exil. Lorsqu’il revient en Espagne, il est nommé conseiller d’Etat. Puis il devient ambassadeur extraordinaire et ministre plénipotentiaire d’Espagne près la Cour de Berlin avant d’être désigné ambassadeur à Paris. C’est à ce moment, en 1851, qu’il publie son Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme. Donoso Cortès devient ainsi l’émule du contre-révolutionnaire Louis de Bonald et le journaliste et écrivain anti)libéral Louis Veuillot vante ses qualités.

    Abel Rivener, qui a déjà écrit de bons ouvrages consacrés à Charles Péguy et René de La Tour du Pin, rend hommage à Donoso Cortès et a constitué cet ouvrage sous forme d’un dictionnaire de cent neuf entrées dont les textes sont extraits des œuvres de Donoso Cortès publiées en 1862 par sa famille, précédées d’une introduction de Louis Veuillot. Le tout se lit avec régal tant la pensée de Donoso Cortès est claire et le style vif et agréable.

    Donoso Cortès de A à Z, textes recueillis et classés par Abel Rivener, éditions Dominique Martin Morin, 195 pages, 19 euros

    A commander en ligne sur le site de l’éditeur


    Donoso Cortès de A Ã* Z – medias-presse.info

Información de tema

Usuarios viendo este tema

Actualmente hay 1 usuarios viendo este tema. (0 miembros y 1 visitantes)

Temas similares

  1. Conferencia sobre Donoso Cortés en Madrid
    Por Donoso en el foro Tablón de Anuncios
    Respuestas: 2
    Último mensaje: 12/02/2009, 17:01
  2. Lo Que Significa Navarra (1)
    Por rey_brigo en el foro Navarra
    Respuestas: 2
    Último mensaje: 29/01/2009, 01:19
  3. Sobre las antiguas Cortes españolas
    Por Gothico en el foro Historia y Antropología
    Respuestas: 1
    Último mensaje: 02/02/2008, 18:08
  4. El M.O.T. ya tiene blog
    Por Cruzado Furioso en el foro Tablón de Anuncios
    Respuestas: 32
    Último mensaje: 27/01/2007, 01:14
  5. Juan Francisco Donoso Cortés
    Por Ordóñez en el foro Historiografía y Bibliografía
    Respuestas: 0
    Último mensaje: 27/12/2005, 17:20

Permisos de publicación

  • No puedes crear nuevos temas
  • No puedes responder temas
  • No puedes subir archivos adjuntos
  • No puedes editar tus mensajes
  •